LES 5 REGLES DU ZERO DECHET - PARTIE 1 REFUSER




Béa Johnson, l'instigatrice du mouvement Zéro Déchet, a établi 5 règles qui, suivies dans l'ordre, permettent de limiter sans effort les déchets qu'on produit. Aujourd'hui, je vous présente la première :

 REFUSER CE DONT NOUS 
N'AVONS PAS BESOIN

Consommer ne se limite pas au seul fait d'acheter : on consomme dès que l'on met le nez dehors ! Echantillons, publicités, cadeaux et autres prospectus sont autant de pratiques génératrices de gâchis que nous renforçons à chaque fois qu'on accepte ces objets. Certes, on pourrait arguer qu'ils sont utiles, parfois même recyclables, mais a-t-on vraiment besoin qu'un onzième stylo publicitaire vienne s'ajouter aux 10 autres déjà dans le tiroir? Est-ce si difficile de boire sans paille ? L'emballage rend-il les fruits meilleurs? 
Chaque objet que l'on accepte vient augmenter la demande. Refuser peut paraître dérisoire face à l'ampleur du phénomène, mais si tout le monde se met à le faire, les industriels auront tôt fait de s'aligner sur les nouvelles demandes des consommateurs ; leur but est de gagner de l'argent, pas d'en perdre ! 

Petit florilège des objets que j'aurais dû refuser et qui remplissent mes placards - et ma poubelle. 





- Stylos promotionnels (3 parmi les 8 dans mon tiroir - sans compter ceux que je charrie avec moi depuis le collège)
- Cuillères en plastiques pour goûter une glace et à clipper sur les gourdes de compote - que nous n'avons pas. 
- Des pailles en veux-tu en voilà
- Des cartes de visite que je n'utilise jamais (je regarde dans l'annuaire ou sur internet) (j'ai glissé celle de ma mère au milieu du tas ;) )
- Des décos de cupcake (je les ai réutilisées sur le gâteau d'anniversaire de Hannah d'ailleurs) 
J'ai également trois agendas pour la même année. Deux immenses calendriers en carton que je regarde jamais, plusieurs t-shirts promotionnels que je garde pour faire du bricolage (mais que je n'utilise finalement pas le moment venu). Des pochettes en plastique par dizaines. Quatre nécessaires à couture d'urgence. Des aimants promotionnels. Trois mini trousses de pansements. Sept porte-clefs promotionnels.   





Les échantillons... Je crois que c'est la partie la plus difficile du zéro déchet! J'ADORE les échantillons. Mais je ne les utilise jamais en fait. Ça fait au moins 2 ans que j'ai ceux qui figurent sur la photo. Jamais ouverts. Eux et tous leur copains remplissent plusieurs tiroirs dans la salle de bain. Et même en sachant ça, j'ai toujours du mal à dire non... 




- les imprimés publicitaires qui arrivent par dizaines chaque semaine
- les offres promotionnelles de magasins de vente par correspondance (alors que je les reçois par mail)
- les publicités déguisées en courrier
- les prospectus que les démarcheurs vous fourre dans la main - même quand vous dites non et même quand vous faites un détour pour les éviter dans la rue.
Je n'ai pas encore trouvé de moyen pour stopper toutes ces sources de gaspillage de papier (parce que la plupart de ces offres vont directement de la boîte à lettres au bac de recyclage posé juste à côté), mais j'y travaille. 


- les jouets (inutiles et de mauvaise qualité) offerts vous-savez-où et ceux offerts dans les paquets de céréales (le hérisson peluche provient quant à lui d'un paquet d'éponges ?!)
- les jouets (tout aussi inutiles et de mauvaise qualité) achetés dans les lots ultra cheap des magasins discount (comme la baguette magique ci-dessus (cassée soit dit en passant) qui vient d'un lot dont tous les autres éléments sont déjà passés à la poubelle
- les cartes de collection offertes à la caisse du supermarché (on en avait plus de 200. J'en retrouve tous les jours essaimées un peu partout dans la maison...) 

Enfin - et il n'y en a plus chez nous - je refuse systématiquement les emballages quand c'est possible. Cela inclut les emballages alimentaires, mais aussi tous les sacs distribués un peu partout. A la pharmacie, à la librairie ou encore à la boulangerie, je prépare mon sac réutilisable et demande à ce que mes achats y soient placés. Ca fait toujours plaisir au commerçant qui économise un sachet :) 
Evidemment, chacun est libre de refuser ou d'accepter ces petites choses selon ses besoins : par exemple, ça ne me dérange pas d'utiliser les savons fournis dans les hôtels ni d'accepter les clefs USB qu'on peut m'offrir puisqu'elles me sont utiles. Au travers de ces quelques exemples, j'espère néanmoins vous avoir montré l'absurdité d'accepter compulsivement tout ce qui nous est présenté. Refuser ne doit pas nous isoler socialement, mais nous inviter à réfléchir à la consommation indirecte à laquelle nous participons. 
Refuser n'élimine pas le déchet, mais crée une demande pour envisager d'autres solutions. Ne sous-estimons pas le pouvoir que nous avons en groupe. Pour ne citer qu'un exemple, Apple a dématérialisé les factures de ses clients suite à de nombreuses demandes mais surtout pour des raisons économiques. Toujours est-il que des tonnes de papier sont ainsi économisées!

Pour résumer, refusez ce dont vous n'avez pas besoin, ça vous évitera de perdre de la place et du temps (pour nettoyer, entretenir, ranger puis jeter ledit objet) et ce faisant vous paverez la route vers un monde meilleur. Finalement, il suffit de dire non pour changer le monde :). 

Et vous, quels sont les objets que vous acceptez / avez acceptés et qui vous encombrent inutilement? 




Vous pourriez aimer

1 commentaires

INSTRAGRAM